Marans froment dore coqOù l'on reparle de la vaccination des volailles


Aux côtés de l'aviculture amatrice française, PRONATURA France se bat depuis de nombreuses années mais sans résultat probant jusqu'à aujourd'hui, pour que l'ensemble des vaccins volailles qui sont homologués en France soient disponibles en petits conditionnements, sur commande chez les vétérinaires conseils.

Il s'agit donc de la santé et du bien-être des poules de loisir, du reste de plus en plus présentes dans nos jardins. Le déblocage des vaccins répondrait aux attentes importantes et maintes fois répétées par les éleveurs amateurs et familiaux de cette très utile volaille domestiquée par l'homme depuis 8 000 ans, notre chère poule !

C'est qu'il faut tout faire pour leur entretien si l'on veut récolter de beaux œufs. L'objectif, une nouvelle fois bien identifié, étant d'obtenir enfin des modifications

Marans Froment doré : reproducteurs (ph. P. Carassou)
Marans Froment doré : reproducteurs (ph. P. Carassou)
rééquilibrant l'injuste système actuel de fabrication et de distribution des vaccins pour volailles en France.

Ils sont depuis bien trop longtemps uniquement proposés sur notre marché en des dosages très importants de 1000, 10 000 voire 20 000 doses ! C'est un génocide larvé et pourquoi pas sciemment organisé, totalement contraire aux lois de protection de la biodiversité, un scandale qui dure indéfiniment et toujours aussi inadmissible.

Permettre donc à des milliers d'éleveurs amateurs et de passionnés de poules, par une accessibilité accrue à tous les vaccins volailles homologués, de pouvoir appliquer en partenariat avec leur vétérinaire conseil des programmes préventifs de vaccination.

Ceci donc afin de garantir, dans les jardins, la santé et le bien être des poules à usage familial, mais aussi et surtout, protéger efficacement par l'usage des vaccins des cheptels rares, patrimoines génétiques uniques, ceux de nos races pures de volailles anciennes locales et régionales.

En effet, à côté du loisir que représente l'élevage des poules qui se développe à nouveau, notamment pour aider les collectivités locales dans la gestion des déchets ménagers, il ne faut pas oublier le travail fondamental des milliers d'aviculteurs sélectionneurs amateurs de France. Qui, au sein de leurs Clubs de Races Nationaux ou de leurs Associations Avicoles Régionales, conservent et préservent sans aucune aide depuis des décennies ce précieux patrimoine national. Celui représenté par la diversité des races pures anciennes de volailles que le monde entier nous envie.

Ainsi, malgré une large pétition organisée par PRONATURA France et l'ensemble des Clubs Avicoles en 2005, nous constatons de fait que les laboratoires producteurs n'ont cessé d'augmenter encore les dosages des vaccins aviaires proposés !

PRONATURA compte parmi ses adhérents le Marans Club de France, club officiel qui défend et promeut la mythique Poule Marans, la poule aux œufs d'or, aux œufs extra-roux, fleuron de nos anciennes races connue dans le Monde entier.

Nous avons repéré, sur le Forum Technique Internet du Marans Club de France, un article résumant très bien tous les aspects de cette dangereuse problématique. Celle de la non disponibilité des vaccins volailles en petits conditionnements, alors qu'ils seraient pourtant vitaux et adaptés aux capacités financières de ces petites structures d'élevage amateur, de loisir et de sélection.

Situation imposée pourtant, telle une ineptie et depuis des lustres, aux éleveurs sélectionneurs de nos races pures de volailles. Ce texte décrit ainsi fort bien toutes les conséquences désastreuses présentes pour notre pays, y compris en termes d'emplois potentiels perdus ou non crées, et prévisibles pour l'avenir de ces patrimoines génétiques nationaux.

Il est rédigé par Philippe CARASSOU, Secrétaire Adjoint du Marans Club de France élu par ses pairs. Certainement aussi choisi, au-delà de son travail de sélection et de préservation de sa souche Marans Froment doré, pour sa volonté bien connue et habituelle d'aborder de front les sujets qui fâchent et de tenter de les faire progresser.

Parquet de Marans Froment doré dans un cadre champêtre (Ph. P.Carassou)
Parquet de Marans Froment doré dans un cadre champêtre (Ph. P.Carassou)
Aussi, nous lui avons demandé son accord pour reproduire sur notre site ce texte fondateur, adressé avant tout en interne à ses collègues éleveurs pour continuer de les sensibiliser à la nécessité d'agir. Philippe CARASSOU nous a donné son accord pour le publier et le rendre ainsi plus largement accessible à l'opinion publique.

Il insiste cependant sur le fait qu'il y décrit sa position personnelle. Même si elle est partagée par plus de 80 % des éleveurs amateurs sélectionneurs de volailles, comme toutes les enquêtes menées l'ont toujours confirmé. Et qu'il ne s'agit aucunement de la position officielle du Marans Club de France toujours en débat.

En effet, le Marans Club de France, comme la plupart des grands Clubs Avicoles et leurs structures tutélaires qui organisent l'aviculture amatrice française, ne connait pas encore tous les aspects qui ont conduit à cette situation de blocage qui perdure depuis des années avec les vaccins volailles. Comment valider la position et l'attentisme inexplicables de l'administration sur ce dossier, et ses relations avec les laboratoires producteurs de vaccins aviaires ?

De ce fait, si des discussions sont en cours dans l'aviculture amatrice française, faute d'en maîtriser tous les détails cachés aucune position officielle n'est donc prise à ce jour.

C'est donc après l'explication de ces réserves, souhaitant que son action militante et engagée puisse servir à faire pencher la balance du bon côté, qu'avec l'accord circonstanciel de Philippe CARASSOU nous vous proposons la lecture de ce texte aux revendications bien appuyées.

Pour en comprendre toute la teneur, parfois dure d'exigences mais légitime, il faut se mettre dans le peau d'un éleveur sélectionneur de volailles rares de races pures. Celui qui tout au long de l'année les entretient, les conserve, les sélectionne et les multiplie. Qui souvent aussi les expose au grand public dans les Concours Avicoles de nos villes et villages, prenant ainsi des risques sanitaires si ces sujets de valeur ne peuvent être correctement vaccinés. Pour une inacceptable raison de fond : les tarifs rédhibitoires, pour ces petites structures d'élevage, des vaccins aviaires produits uniquement en méga conditionnements. Servant seulement les intérêts de l'aviculture intensive professionnelle.

Pronatura France

Voici ce texte :


 

poules et jardinAlors que je me rendais au village cet après-midi pour expédier un colis d’œufs à couver Froment doré dans les Hautes-Alpes, à la Maison de la Presse la patronne Cathy m'a montré un tout nouveau magazine visant à promouvoir l'élevage familial des poules dans nos jardins.

Il y est fait la promotion, dans un bel article, des vieilles races pures de poules. C'est ce que voudront certainement obtenir, trouver, acheter, exiger parfois, la plupart des nouveaux éleveurs qui vont, et ils ont raison, avoir envie de succomber à cette nouvelle mode. BRA-VO !

Je crois en effet qu'il s'agit d'une Marans Froment doré, en première de couverture. C'est donc maintenant disponible dans tous les kiosques de France et de Navarre !

Reste à savoir comment l'aviculture amatrice, qui elle seule possède aujourd'hui pour la plupart les dernières rares souches de volailles pures, pourra approvisionner ces nouvelles demandes ? Ah .... !!

Qui émaneront, comme nous le constatons aujourd'hui au quotidien sur notre Forum Technique du Marans Club de France, avec nos relais partout en France et dans le Monde, pour la plupart de citadins ou de nouveaux ruraux soucieux de revenir aux sources. Mais certainement peu conscients, mal informés, de la réalité de l'état actuel de notre aviculture amatrice dans les villes et campagnes de nos provinces en ce tout début de 21ème siècle. Puisque il faut le rappeler encore, faisons le !

Une fois n'est pas coutume, comme cet article sera un tantinet long quoique tout à fait lisible, je ne ferai donc ni le détail approfondi ni le rappel précis de toutes les dérives à but commercial qui apparaissent déjà partout sur la toile, et en particulier sur notre Forum du Club de Race Marans. Pour utiliser notre poule aux œufs d'or, la Rolls de la Poule, la poule Marans, à des fins non pas commerciales semi ou professionnelles mais tout simplement pour de la tromperie envers le consommateur. Nous ne faisons que cela en cette période. Moi même, tous les Modérateurs du site, les autres collègues du Conseil d'Administration du Club, qui devons intervenir en permanence. Pour vérifier toutes les nuisances et parasites qui viennent polluer constamment l'activité de notre outil d'échange et de communication entre sélectionneurs de la race pure Marans.

Un Club exemplaire, qui la porte et la protège pourtant partout dans le Monde depuis plus de 80 années. Au lieu donc de nous pencher en ce moment, avec la convivialité qui sait caractériser ce grand Forum, sur les activités internes du Club de Race en vue de continuer à soutenir nos éleveurs amateurs, ou sur la sélection de nos souches et de la race tout court.

Hé ho, perso j'ai des poussins Marans de ma souche à faire naître d'ici peu. J'espère bien que les choix de sélection rigoureux que j'ai faits tout au court de l'année écoulée donneront un beau progrès génétique annuel. Et, il va quand même falloir de ce fait que je consacre un peu de temps à mon élevage. Je me rassure, en me disant que vous aurez ainsi suffisamment de temps pour lire le présent sujet.

Gérer au mieux donc ces fraudes nombreuses qui se développent dans tout le pays avec l'aide de la toute aussi nouvelle mode de la VPC, vente par correspondance.

Fraudes envers les fondamentaux de la race Marans, envers les éleveurs sélectionneurs adhérents du Marans Club de France. Puisque des photos de sujets Marans de leurs origines d'élevage ont été subtilisées sans autorisation de leurs propriétaires directs ou du Club si défaut, envers aussi les futures victimes de ces fraudes génétiques, de ces tromperies commerciales.

La race Marans est aujourd'hui en danger. L'aviculture amatrice en général aussi de ces faits historiques et maintenant présents, sans que rien ne semble bouger dans les cerveaux de la citadelle. Parce que nos poules vont être de plus en plus prisées. Ce qui incitera beaucoup de dérives, vu la rareté des souches et des élevages de volailles de races pures face à la nouvelle mode bobo qui débarque. On ne leur doit rien ! L'aviculture amatrice n'a jamais été aidée pendant des décennies. Ou si peu, mais d'abord par ceux qui la portent qui se sont soutenus eux mêmes, nos anciens nous les remercions. Et nullement sur le plan de l'équilibre financier de nos petites et fragiles structures, ni plus moins qu'on ne pourrait le dire sur celui de la santé de nos cheptels rares, par les pouvoirs publics de ce grand pays, la France.

Si dans les villes, que les campagnes nourrissent des modes se développent, elles doivent rester en ville. Sans impacter sur la campagne qui les nourrit

Aujourd'hui, en France, c'est la campagne rurale qui devrait parler aux citadins. Et plus aux citadins de parler dans les campagnes. Ou alors d'égal à égal, dans l'écoute de toutes les expériences ou du plus grand nombre possible, pour ensuite appliquer le respect de la compréhension.

400 agriculteurs se suicident chaque année en France. Surtout des éleveurs, de nos races bovines, ovines, caprines, porcines, etc ... là n'est pas la question. Plus d'un par jour, paix à leur âme. Et, le seul mot que je veux entendre des villes plutôt que "où sont vos Marans", est le suivant : RESPECT.

Et que ceux qui n'en sont pas capables fassent au moins preuve de silence, quelques minutes en souvenir de ce que vous oubliez tous les jours de votre pays.

Le Marans Club de France qui a autorité pour protéger ce fleuron de notre patrimoine national le fera, en prenant toutes les directives qui s'imposeront. Les marchés, les modes et les spéculateurs attendront.

L'oeuf extra-roux caractérise la race fermière Marans (Ph. P.Carassou)
L'oeuf extra-roux caractérise la race fermière Marans (Ph. P.Carassou)

Ainsi, nous avons vu des pseudo-sélectionneurs de poules en costume cravate nous intimer de les livrer en génétique Marans de haut niveau. Allant même jusqu'à publier sur des sites commerciaux les photos des poules des sélectionneurs adhérents au Club depuis de nombreuses années. Une Marans pure pondant des œufs magiques, rouge, extra-roux, chocolat, la quète de centaines de sélectionneurs souvent petits, ça se mérite. Par plusieurs années de travail, tout comme un décideur ne décide que s'il en est capable.

Il fallait bien que ce clash sociétal fondamental, ne serait-ce que pour mieux garantir notre auto-suffisance alimentaire future, arrive un jour. Depuis le temps que les maquignons nous tournent autour, nous allons au contraire devoir être encore plus vigilants. Pour conserver encore intactes nos races pures de volailles au sein de nos Clubs de Races, entre amateurs connaisseurs et passionnés anciens ou nouveaux d'abord. Personnellement pour moi ce n'est pas une surprise, j'observe tout cela depuis très longtemps et ne me suis jamais gêné de le dire. Pour l'avenir de nos races pures de volailles face auquel l'argent n'aura jamais aucune valeur.

Si ce n'est être un vecteur possiblement utile pour les échanges en reproducteurs sélectionnés et la génétique Marans en général. Entre amateurs anciens ou futurs, ce qui aidera beaucoup à couvrir une partie des frais importants que nous engageons chaque année. Pour assurer la pérennité dans le temps de nos élevages avicoles, parfois de générations en générations dans les familles, avec les frais supplémentaires inhérents au travail en sélection.

Car si nos races sont pressées ainsi comme des citrons, alors que nous sommes déjà bien fragiles malgré tous nos efforts dans l'aviculture amatrice, ce sera la fin de "la poule aux oeufs d'or".

Beaucoup d'anciens éleveurs ont arrêté leurs activités ces dernières années, pendant que si la relève se fait c'est de plus en plus difficile.

Nous risquons donc d'avoir un BLOCAGE, entre l'offre et la demande, et cela se saura donc maintenant et progressivement dans tout le pays. Au fur et à mesure que les demandes de ces nouveaux passionnés pour nos poules de ces vieilles races avicoles pures ne seront pas satisfaites, loin s'en faut !

Sans blagues !! Voila une bien belle aubaine que ce nouveau magazine, qui remettra les vieilles races de volailles au goût du jour tous les trimestres dans tous les kiosques de France. Et avec le nouveau "Poules et Jardin", beaucoup de jardiniers vont vouloir des poules. Et si possible dans toute la panoplie de nos anciennes races locales, régionales, européennes ...... !

Vraiment très très bien que l'existence de ce nouveau magazine !

Mais savent-ils seulement ces citoyens, futurs candidats pour élever des poules de races pures, que depuis des années les éleveurs amateurs de races anciennes de volailles de ce pays ont un accès très difficile à toute la panoplie des vaccins existants ? Contrairement aux grands élevages professionnels alimentant la filière agro-industrielle.

Que nos cheptels n'intéressent pas depuis des années les laboratoires producteurs de vaccins, et que les autorités ont laissé faire ?

Que donc nos productions et sélections artisanales ne sont que rarement protégées par les quelques vaccinations qui seraient pourtant nécessaires. Seulement chez quelques passionnés amateurs ayant la chance d'être un peu plus fortunés et de pouvoir s'offrir ce qui en termes de tarifs est aujourd'hui très élevé pour beaucoup de nos petitesses : une prophylaxie vaccinale préventive de leurs sujets sélectionnés jeunes et adultes. Ce qui est techniquement très facile pourtant à mettre en place s'il n'y avait pas tant de barrages supposés infranchissables depuis tant d'années, et ainsi pouvoir dormir plus tranquilles.

Pendant que la grande majorité des amateurs passionnés qui conservent ces races depuis des années travaillent donc sans filet sanitaire préventif efficace. En croisant les doigts, alors que des menaces sanitaires existent pour tous ces patrimoines génétiques nationaux.

Des germes pathogènes divers pouvant, alors qu'ils sont possiblement dangereux pour nos volailles rares généralement pour cause elles non vaccinées ou incomplètement, être donc rejetés dans l'environnement rural notamment par les grands élevages avicoles professionnels.

S'ils doivent aussi s'en ficher un peu de nos soucis présents avec les vaccins volailles, pendant que nous ne cessons tous d'y penser sans parfois le dire depuis des années, aussi dans l'aviculture amatrice c'est pas bien, on espère qu'eux quand même les professionnels avicoles, au moins par solidarité paysanne et parce qu'ils peuvent aussi aimer les poules dans leurs grands élevages spéculatifs, pensent un peu quand même à nous ? A leur grand-parent pauvre, l'aviculture amatrice dont ils sont issus et sans laquelle ils ne seraient rien. Ni pour eux, ni pour la France.

Car qui de la poule à fait l'oeuf eux non plus ne nous l'ont pas encore dit, acte. Mais sachant toujours que par contre pour eux avec des flacons de vaccins en 1 000, 10 000, 20 000 doses, demain plus si nous ne faisions rien, à l'animal vacciné ça ne leur revient pas cher du kilo !

Disons donc qu'il n'est plus à ce stade interdit d'avoir aucun doute, il nous suffit à tous de regarder la télé. Je me souviens notamment du mutant porc/volailles/homme parti de conditions d'élevage exécrables quelque part en Amérique Latine. Un élevage porcin concentrationnaire, des conditions d'alimentation et d'élevage déplorables, c'est plus facile de mettre un voile pudique en le qualifiant d'intensif moi je décris, fit qu'affaiblis ces animaux d'élevage favorisèrent ces mutations virales avec la grippe. Je ne sais plus combien de doses de vaccins humains notre pays alors commanda, mais je crois au bas mot que la moitié ne servit à rien.

Avec de tels budgets tous les vaccins aviaires utilisables en élevage amateur ( par exemple pas ceux conservés dans l'azote liquide, le matériel global est trop coûteux ) auraient pu être distribués à tous les éleveurs amateurs sélectionneurs de France et de Navarre. Gratuitement, pour des siècles et des siècles.

Ben donc, par la force des choses actuelles, ce seront donc pour l'instant des poulettes pseudos hybrides de races quasi pures à peu près pures, que nos bobos nouvellement épris de poules pourront aller par dépit globalement trouver le dimanche dans leur jardinerie habituelle. Vaccinés les sujets, et avec les conseils du vendeur qui saura lui toujours être réactif et vous bien conseiller. Puisque les vaccins aviaires sont conventionnés même en aviculture bio. Et fort heureusement pour ces poulettes bio, avec tout ce qui rode. Oui, vos poupoules bio qui vous pondent des oeufs bio elles sont vaccinées toutes petites, et après ça devient des poules qui pondent de beaux oeufs !

Remarque, comme ceci ils auront le temps de bien construire leurs poulaillers les nouveaux amateurs, dans l'attente de Marans pures ou d'autres races. Et même s'ils commençaient avec quelques jolies hybrides à 10 €, ben au moins, comme font d'ailleurs beaucoup des participants de notre Forum qui viennent nous lire, ils auront ainsi tout le loisir d'acquérir les bases techniques de l'élevage et de la sélection des volailles. Avant que nous leur cédions/confions des reproducteurs rares de qualité.

Quand aux crânes d'oeufs, si formés à ne plus écouter ceux de là où ils viennent vraiment, certes après quelques générations, qu'ils s'amusent donc à compter ! Pour les jardineries, coopératives, marchands d'aliments, de matériel d'élevage et de grillages, de matériaux de construction pour les poulaillers familiaux, spécialités vétérinaires chez nos praticiens ruraux, etc, etc, etc ..... pour nos chèèères poules. Même en BIO, bio-bio, puisqu'ils aiment tant cela tous ceux qui ne jurent plus que par le marketing, qu'ont tout inventé sauf le fil à couper le beurre.

Dans la chaleur de la couveuse, l'attente et l'espérance du sélectionneur (Ph. P.Carassou)
Dans la chaleur de la couveuse, l'attente et l'espérance du sélectionneur (Ph. P.Carassou)
Qu'ils comptent plutôt en emplois, c'est urgent. Et que maintenant ils aident l'aviculture amatrice de sélection à se relever. Parce que les français, dans quelques années ils les voudront encore retrouver les races régionales qui ont hanté la jeunesse de beaucoup d'entre-eux. Surtout qu'il y en aura vraiment besoin de nos poules pour sortir de la crise financière, ici comme ailleurs .....


Puisque il n'y a pas que les bobos à se ruer sur cette nouvelle mode très tendance. Mais aussi et surtout, encore qu'il faille le savoir, beaucoup de familles modestes qui de plus en plus fragilisées par toutes ces inepties globalisées, anticipent déjà qu'elles en auront besoin pour tenter de passer les caps difficiles qui s'annoncent. Ici comme ailleurs encore une fois, et notamment par exemple en Afrique. Contrées où beaucoup de souches de poules hybrides à destination intensive ne tiennent pas le choc. Comparé a certaines de nos vieilles races rustiques de poules.

En n'oubliant pas d'aborder encore une fois et de bien entendu, le souci de l’indépendance vivrière. Puisque, par définition, les hybrides contrairement aux races pures fixées ne sont pas reproductibles dans le temps en un type homogène. Ce qui oblige a se rapprocher constamment de la firme obtentrice. Raisonnement s'appliquant aussi bien à une famille modeste que pour une nation.

Voila donc ce que pourrait représenter aujourd'hui, si elle avait eu les moyens de s'organiser valablement, l'aviculture amatrice française. Ne jamais dédaigner donc les choses apparemment petites, puisque tout est lié en ce bas monde. Comme de ne jamais occulter non plus que l'habit ne fait pas le moine. Les mécanismes de base de la cécité généralisée étant toujours les mêmes sur ces questions de fond.

Même dans les Concours Avicoles de nos villes et de nos villages, où seulement la vaccination contre la maladie de Newcastle est obligatoire, ça pose vraiment problème cette inaccessibilité chronique organisée. Par la pratique de tarifs rédhibitoires, procédé pourtant à la limite du respect des lois françaises voire plus, avec tous les vaccins aviaires utilisables et homologués en France.

Nos poules sélectionnées, dont la fabuleuse Marans, mine génétique aux yeux du Monde, auraient moins de valeur que des hybrides sans saveur ? Et du reste souvent sacrifiés jeunes dans des filières purement alimentaires, alors que nous risquons pourquoi pas un jour de perdre la main avec des fournisseurs étrangers de génétique.

Tout ceci ne favorise donc pas leur développement, leur rayonnement, leur extension à nos Concours Avicoles. Alors qu'ils peuvent aussi être le lieu pour aider notre communauté nationale d'éleveurs amateurs de volailles de races pures à se rencontrer. Pour échanger et progresser ensemble plus souvent. Pour faire ce qu'aiment tant les anglais ou les américains, qui eux savent organiser dans le prestige ces manifestations et ne pas dédaigner les porteurs de fleurons de leur propre pays que sont leurs éleveurs amateurs sélectionneurs.

Nous pratiquons donc conformément aux règlements en vigueur l'unique vaccination légale obligatoire contre la maladie de Newcastle. La seule aujourd'hui abordable financièrement pour de nombreux petits éleveurs, de nos sujets adultes reproducteurs sélectionnés présentés en Concours et Expositions Avicoles.

Mais pour quelques autres pathologies tout à fait vaccinables pour nos reproducteurs exposés, ou tout simplement encore pour protéger les élevages, en prenant une simple liste raccourcie de vaccins comme ceux pour les virus Bronchite infectieuse, Gumboro, Marek et Rhinotrachéite infectieuse, si les vaccins étaient abordables parce que produits en petits conditionnements adaptés alors nous aurions fait un grand pas ....

Et peut-être qu'ainsi ceci pourrait réveiller et stimuler toute l'Europe avicole et la ravir. Pendant que les échanges de reproducteurs de nos races emblématiques pourraient eux s'intensifier sans toutes ces craintes inutiles et bien masochistes. Beaucoup plus de grands éleveurs sélectionneurs, les puristes les vrais qui ne connaissent qu'une chose, filles et fils de nos régions issus pourtant d'un si vieux pays à mémoire séculaire, où sont-elles d'ailleurs passées dans nos valeurs communes, qui sommes nous donc et qu'allons nous devenir, iraient bien mieux volontiers retraîner leurs guêtres avec les plus beaux sujets sélectionnés de toutes nos races, l'orgueil de leur sélection, dans nos Concours et Expositions Avicoles.

Nous n'avons pas attendu les citadins pour élever et chérir nos poules, sans aucun soutiens pendant des décennies, et souvent le dédain. Nous ne sommes donc redevables de rien, face aux marchés qui maintenant prétendraient s'organiser unilatéralement sans notre coopération totale.

Surtout tant que nous ne pourrons pas vacciner contre l'ensemble des périls existants. Et les jeunes de l'année parce qu'il faut faire reproduire et élever, et les adultes parce qu'il faut conserver. Encore une fois, mais dans quel monde vivons nous enfin ?!!

Notamment pour les principales maladies virales se baladant sur notre territoire donc, au gré des vents. Maladies virales potentiellement sévères, contre lesquelles les antibiotiques n'ont aucun effet.

Sauf à limiter les complications bactériennes, ce qui est utile et normal mais ne fait pas tout et ne constitue pas, si l'on y réfléchit quelques secondes, un idéal d'exemplarité thérapeutique. N'est-il pas ?

Suite à l'arrivée d'un virus, sur un cheptel non vacciné. Antibiotiques alors parfois utilisés dans l'urgence sur prescription vétérinaire, le temps de recevoir la confirmation des résultats du labo.

Entretemps, il faut espérer que l'antibiotique choisi avec son praticien vétérinaire conseil local habituel, aura été le bon pour limiter les bactéries après une par exemple primo-infection virale. En cheptel vacciné, peut-être même que ce dernier paragraphe aurait pu n'être pas rédigé. Puisque l'animal se porterait bien, sans fièvres, se défendant avec ses anticorps acquis grâce à la vaccination. On évite donc la fièvre et les complications bactériennes.

C'est simple pourtant, peut-être trop ? Si l'on considère dans une société moderne que de discuter 107 fois sur des choses identiques alors qu'elles peuvent pourtant être très simples est le bon moyen, pourquoi pas ? Une façon de se rendre utile comme une autre, qui aura ses conséquences. Comme toute chose je le crois.

Enfin, si je puis dire, en ayant traité à l'aveugle pour cas de force majeure avec des antibiotiques, eux autorisés en petits dosages sur prescription vétérinaire ce qui peut aussi avoir selon les cas sa pleine utilité, dans l'urgence sur des sujets non-vaccinés, nous participons parfois sans le vouloir ni le savoir à la création de souches bactériennes résistantes. Avec toutes les répercussions possibles sur la santé humaine.

Et tout ceci parce que rien n'a jamais été accepté ni tranché, malgré de nombreuses tentatives courageusement conduites auprès des responsables. En 2005 par exemple, par des personnalités qualifiées de l'aviculture amatrice, suivies et portées par des éleveurs sélectionneurs amateurs pétitionnaires et par différentes associations militant pour le bien être et la santé de nos animaux domestiques et de ferme en général. A quel moment les a t-on écoutés ?

Les poussins Marans Froment doré naissent jaunes, avant de progressivement se parer de leur plumage futur (Ph. P.Carassou)
Les poussins Marans Froment doré naissent jaunes, avant de progressivement se parer de leur plumage futur (Ph. P.Carassou)
Tout ceci va donc pouvoir diffuser maintenant, progressivement, toutes ces malheureuses vérités qui n'honorent en rien notre pays. Il le fallait pour nos races, pour la Marans.


Nous sommes au point de rupture face a la demande qui ne fait qu'augmenter et qui suscite bien des dérives préjudiciables a la préservation de la qualité des souches. Le temps n'est plus de continuer d'abandonner toutes ces richesses, alors que fort heureusement beaucoup de vrais amateurs ont su encore préserver le principal jusqu’à nous.

Et là nous parlons bien tout d'un coup au grand public de cheptels jusqu'ici largement ignorés, sous-estimés, sous-valorisés. Qui, notamment parce que un média national accompagne tout naturellement une nouvelle mode, vont devenir d'importance capitale. Quand donc, enfin, les éleveurs amateurs de France auront-ils accès aux vaccins pour protéger ces nouveaux trésors de patrimoines génétiques nationaux et ancestraux ?

En petits conditionnements s'il vous plait messieurs des laboratoires. Par équité, adaptés à la taille et aux ressources des petits élevages familiaux que nous représentons et préservons. Avant même d'imaginer que nous allons diffuser à grande échelle avec des sujets non-vaccinés issus de nos petits élevages de sélection.

Tout ceci donc et justement, pour avoir laissé tomber pendant des lustres l'aviculture amatrice sans aucune aides, même pas les vaccins en petits dosages qui auraient du être imposés dès le départ aux grands labos producteurs de vaccins aviaires. En contrepartie de la signature des AMM ( autorisations de mise en marché ) pour tout vaccin animal. Accordées dans ce cas de figure par un Etat souverain, présumé puissance ayant encore une identité, sachant se faire respecter pour que personne ne soit oublié sur son territoire. Dans la justice, du plus petit éleveur au plus grand, au plus gros.

On nous a pris trop longtemps pour du Folklore. Je n'ose pas qualifier les actes de personnes n'y voyant rien alors qu'ils sont responsables. Sur le coup de l'aviculture amatrice française il n'y a aucune excuse audible ni même valable. Pourtant, qui anime nos bourgs, villes, villages, de partout l'automne l'hiver et le printemps dans les coins les plus reculés. De quoi, de la France pardon ?

Nos Expositions Avicoles. Les juges avicoles qui se déplacent, restaurent et emplissent les hôtels. Les éleveurs exposants et les visiteurs qui en font de même. Et s'ils pouvaient être plus nombreux avec des animaux valablement vaccinés, les races que tout le monde nous envie maintenant pourraient peut-être, je dis bien peut-être, redémarrer.

Une aviculture amatrice très mal appuyée donc pendant toutes ces longues années. Avec les résultats que l'on connait et constatons au moment où ils devaient apparaître.

Et pour aussi, messieurs des laboratoires vétérinaires producteurs de vaccins,
enfin se mettre à respecter les lois de protection de la biodiversité génétique qui s'appliquent normalement en France.

Pourtant souvent claironnées, mais jamais appliquées. Ici et maintenant, les laboratoires qui ne veulent toujours pas fabriquer des vaccins en petits dosages pour nos poules sélectionnées, ont et auront désormais des responsabilités étalées en plein public devant le peuple français. On pourrait en faire le détail technique plus encore .... Inutile, tout devrait devenir de plus en plus limpide pour le grand public.

Devant tous les passionnés ayant protégé et conservé depuis des décennies ces rares cheptels sans aucune aides de nulle part, bien au contraire. Et devant je le crois bientôt tout le Pays.

Cela devrait être réglé depuis belle lurette. Et toutes les tentatives de négociation déjà tentées, comme en 2005 au niveau national, ont échoué. Les laboratoires ont toujours fait ce qu'il ont voulu, approvisionnant seulement les gros élevages de la filière professionnelle élevant surtout des hybrides. Dédaignant avec arrogance nos petites structures pas assez potentiellement financièrement juteuses à leurs yeux.

Même si nos élevages amateurs ont été les berceaux qui ont su préserver, malgré toutes ces vicissitudes infligées, intactes encore aujourd'hui la plupart de nos races pures ancestrales et régionales.

Confondant toujours vouloir et pouvoir, ce qui rend stupide à force, dans une société mondiale où la méritocratie du fric croit s'être à tort installée pour toujours. La preuve, à force de tirer toujours sur les mêmes cordes elles cassent. Et c'est ce qui va maintenant vous arriver, par la force des choses, avec l'aviculture amatrice française qui représente des milliers d'éleveurs et de passionnés qui ne vous doivent rien. C'est du contraire qu'il va falloir discuter maintenant, et lâcher du lest sur vos gigantesques et impuissants pour le coup profits faramineux, messieurs des laboratoires, devant le peuple français.

Aussi, je crois bien que cette fois il va falloir que nos autorités publiques se penchent très vite et sérieusement sur les destinées de l'aviculture amatrice. En commençant par moraliser enfin le marché des vaccins aviaires. Distribués par les labos producteurs en seulement 1000, 10000 ou 20000 doses. Nous répétant constamment que c'est ainsi, alors que pour les Lapins et les Pigeons ils les produisent en 10, 50 ou 100 doses !!

Non mais vraiment ! Cherchez l'erreur, et ça fait des années que ça dure !!

Cette fois-ci les responsabilités vont donc pouvoir être dévoilées au grand public. Etre connues et ces vérités diffuser dans les mois à venir dans la poulation française. Tant mieux !

Marans Froment doré - Coq au chant (Ph. P.Carassou)
Marans Froment doré - Coq au chant (Ph. P.Carassou)


Il vaudra mieux là agir vite avec l'aviculture amatrice française. Cela fait très longtemps que des milliers d'éleveurs passionnés, d'amoureux et de conservateurs amateurs de nos races attendent d'être entendus sur ces questions techniquement gravissimes et handicapantes pour tout développement d'une quelconque filière viable. Sauf dans certaines têtes donc visiblement, c'est du fantasme. Mdr .... !!

Cette fois-ci c'est à la population de notre pays qu'il faudra expliquer pourquoi, depuis plus 30 ans, on a toujours beaucoup de mal à pouvoir protéger nos troupeaux, avec tous les vaccins utilisables et disponibles ? En fonction des besoins de chaque éleveur sélectionneur. Il y là maintenant tout un marché potentiellement créateur d'emplois. Mais il est entièrement à reconstruire, faute de l'avoir laissé s'enfoncer, dans l'indifférence générale du travail pourtant fondamental des sélectionneurs de l'aviculture amatrice française qui ont conservé vivantes ces races jusqu'à nous. Mais pas encore malheureusement jusqu'à vous, maintenant.

Il est urgent qu'enfin nous soyons écoutés dans ce pays, aidés, et surtout que l'on réponde concrètement à des attentes pourtant simples.

Nous ne demandons pas là de subventions pourtant !!?. Nous voulons simplement collectivement pouvoir avancer, les éleveurs amateurs qui demain peut-être pourront se remettre à produire. Déjà quand la qualité sanitaire de nos productions pourra être garantie par un accès facilité aux vaccins aviaires. Et que l'Etat jouera enfin pleinement son rôle, le sien, rappeler les bonnes règles de l'éthique aux laboratoires vétérinaires producteurs de vaccins aviaires.

Messieurs les décideurs, cette fois-ci faites les bons choix. Le Pays vous regarde.

Nous pourrons ainsi d'autant mieux limiter la gestion des prévisibles nombreuses réclamations et récriminations à venir sur le net. Comme celles de plus en plus régulières que nous recevons sur le Forum Technique du MCF. Venant d'éleveurs débutants souhaitant à tout prix avoir des Marans, et qui rencontrent pour cela beaucoup de difficultés. Ce qui s'appliquera aussi aux autres races quand cette mode pour certains, choix de vie ou adaptation à la crise pour d'autres, s'implantera dans beaucoup de jardins de France.

Il nous est déjà assez fréquemment reproché de n'être pas capables de produire collectivement au MCF suffisamment de sujets ! Comme si nous étions redevables, alors donc que les conditions d'exercice de l'aviculture amatrice ne sont pas réunies et n'ont pas vraiment été favorisées ou améliorées.

La situation est donc plutôt grave, car pour reconstruire il faut être dans de bonnes conditions d'exercice. Or, l'Etat ayant laissé faire avec complaisance n'importe quoi pendant de nombreuses années aux laboratoires producteurs de vaccins aviaires, avec l'aviculture amatrice pour son approvisionnement en vaccins rien n'est réglé.

Pour les poules justement, avec des vaccins uniquement disponibles à des prix rédhibitoires. Alors que les Lapins et les Pigeons furent épargnés trouvant des vaccins en petits dosages !?

Nous devons tous ensemble faire cesser ce grand n'importe quoi. Uniquement destiné à protéger la profitabilité maximale des fabricants de vaccins aviaires. Mais qui dans son application pratique ne protège en rien toute la biodiversité de nos races construites pourtant par des générations d'éleveurs.

C'est un scandale cynique et hideux certes. Maintenant nous mettons ce problème majeur en pleine lumière. Car il n'y a que l'aviculture amatrice à le subir, à le savoir, à demander indéfiniment que cela cesse sans jamais être écoutée.

Et, puisque la promotion de toutes nos races avicoles, ce renouveau lié à un salvateur effet de mode se propage beaucoup par internet, c'est par ce biais que naturellement il faut informer de ces changements souhaités de perspectives de développement. Mais aussi des difficultés techniques réelles rencontrées et toujours présentes.

Rien ne pouvant durer longtemps à trop souvent mettre la charrue avant les bœufs. Alors commençons d'abord par considérer et redynamiser cette filière d'élevage. Débloquons cette situation ubuesque avec les vaccins volailles, basée uniquement sur des logiques pécuniaires.

La politique de distribution des vaccins aviaires, injuste et inadaptée, est un exemple flagrant du positionnement réel de l'aviculture amatrice en France. Et pourtant, lors de la dernière action menée par plusieurs associations dont le MCF en 2005, un chiffrage du potentiel avait été réalisé : la fourniture de vaccins aviaires en petits conditionnements représenterait plusieurs dizaines de millions d'euros pour la seule aviculture amatrice européenne. Cela ne semble pas suffire à intéresser les laboratoires producteurs ! La fourniture de l'unique filière avicole professionnelle est-elle si profitable, que même de tels montants ne seraient donc pas assez attractifs pour les laboratoires producteurs de vaccins ?

La mesure du frein que cela représente pour son développement doit être sans cesse rappelée. Mais surtout nous sommes là dans un moment de vérité, face aux laboratoires producteurs.

Le plumage si recherché des poules Marans Froment doré (Ph. P.Carassou)
Le plumage si recherché des poules Marans Froment doré (Ph. P.Carassou)
Nous verrons bien comment pourra être demandée l'application de règles d'éthique et de justice, et les objectifs d'un Etat pour la préservation de ces ressources génétiques rares. A des groupes profitables tels que les producteurs de vaccins, lorsqu'ils exercent sur notre territoire. Moment de vérité, puisque nous attendons tous de voir s'il est encore possible dans notre pays, après plusieurs décennies d'indifférence, d'inverser totalement la direction prise. Moment très symbolique donc, début d'un renouveau ou renoncement habituel ?

J'opte pour le renouveau, pour prendre enfin compte de l'immense vivier d'activités économiques diverses et variées que représentent au travers de l'aviculture amatrice les éleveurs amateurs sélectionneurs. Avec ce hobby aujourd'hui de plus en plus partagé qui irrigue progressivement sur tout le territoire, entre anciens et nouveaux passionnés.

Tous ces gens qui notamment parce que nous sommes en difficultés économiques, ce n'est pas seulement une mode, veulent à nouveau des poules. Ils la connaîtront tôt ou tard la réalité de tous les blocages qui limitent aujourd'hui l'extension et la disponibilité des sujets de nos anciennes races de poules. Alors autant l'expliquer dès maintenant. Car tous ces freins infligés longtemps, cette sous-estimation des potentialités réellement présentes, au seul profit bien souvent d'une agriculture intensive de plus en plus concentrée, n'ont pas vraiment permis à notre aviculture amatrice de garder dans notre pays toute la place qu'elle n'aurait jamais du y perdre.

Qui pourrait croire, vu d'un pays étranger depuis le vaste Monde, qu'une grande nation comme la France n'a rien prévu dans le partage du gateau pour ses petits éleveurs sélectionneurs ? Alors que ce même pays a commandé un jour à ces mêmes laboratoires les plus gros stocks de vaccins humains pour une pandémie qui n'a pas eu lieu ? Ne rappelons pas la note on va se faire mal, alors que plus de 80 % de ces vaccins n'ont pas été utilisés. Les labos producteurs n'ont pas oublié d'encaisser.

Et depuis plus de 30 ans, pour notre riche patrimoine avicole qui intéresse même l'étranger, RIEN, RIEN, RIEN. Quelques paroles d'espoir vagues visant à réconforter de temps en temps. Ou cultivant la fatalité. Quel pays sommes nous devenu ? Que penseront nos enfants de l'avenir que nous prétendons leur léguer ?

Nous avons donc deux principaux responsables dans ce blocage. Dans leur intérêt premier et de celui de tous, avant que ce souci ne prenne trop d'ampleur dans le pays avec la demande montante car cela voudrait dire que rien n'aurait changé, pour une fois nos responsables nationaux devraient nous l'espérons obtempérer. Et coopérer pleinement à nos cotés pour obtenir gain de cause auprès des laboratoires privés producteurs de vaccins aviaires.

Réglons ce qui doit l'être pour espérer continuer d'avancer. Les labos producteurs de vaccins sont suffisamment solides et profitables financièrement, du fait notamment de leur bonne implantation accordée sur notre territoire très actif en aviculture professionnelle. Pour qu'il n'y ait en somme pas vraiment à tergiverser. Afin de leur faire définitivement respecter les bonnes règles d'éthique, les bonnes règles sanitaires et celles en

L'originalité de la différence de plumage entre coqs et poules fait la beauté de la Marans en variété Froment doré (Ph. P.Carassou)
L'originalité de la différence de plumage entre coqs et poules fait la beauté de la Marans en variété Froment doré (Ph. P.Carassou)
liaison avec la protection de la biodiversité dont nos patrimoines avicoles font partie.

Ce serait une excellente nouvelle, un début pour corriger le train des erreurs accumulées. En effet il suffit, de partout une colère compréhensible monte dans l'aviculture amatrice. Les potentialités sont là mais nous ne pouvons les développer. Ou très mal, cas de tous ces nouveaux arrivés qui vendent n'importe quelles sélections depuis leurs sites internet.

C'est le moment de nous aider à nous structurer en fonction des besoins de l'aviculture amatrice. Pour qu'elle soit forte et renouvelée dans ses rangs. C'est ainsi qu'elle pourra mieux garantir la qualité de ce qu'elle propose. Dans un cadre d'action qui permette d'atteindre ces objectifs, sans freins inutiles et surtout au final coûteux en pertes de productions.

Au moins si reconnue, aidée avec confiance plutôt que plus souvent simplement contrôlée, l'aviculture amatrice trouvait ainsi en France un terreau fertile pour de nouveau s'étendre, dans nos campagnes le chant du Coq résonnerait plus fort. Tous ces circuits économiques pourraient mieux se relier

Que les protagonistes se réunissent autour d'une table, État et labos producteurs. Regardez vous dans les yeux au moment d'entrer dans les détails, car il y a urgence. Ces affaires plus que graves à résoudre ne peuvent plus longtemps être négligées.

Toutes ces injustices, flagrantes, qui ne respectent ni notre patrimoine génétique représenté par nos races fermières, ni les lois de protection de la biodiversité, doivent cesser maintenant. Stop ! Tout simplement, car aucune notion de justice n'est ici respectée. Dans notre si beau pays des droits de l'homme.

Je ne sais point si notre poule Marans pond vraiment des œufs en or, mais pour l'instant c'est bien tout l'or du monde qui va devoir se prosterner et se soumettre à ses pattes. La nature est ainsi faite, elle reprend toujours ses droits.

Philippe CARASSOU - avril 2013

 

proposition_pub1.jpg