CrabeLes crabes terrestres dans la nature et en aquarium


Les crabes terrestres font partie du Sous-Ordre des Brachyures. Ils sont certainement les plus développés des crabes et certains représentants de la superfamille des Brachyrhyncha sont intéressants pour l’aquarium d’eau douce.

Dans le commerce , ils sont rarement offerts aux aquariophiles. Il s’agit essentiellement des représentants de la famille des potamonidés, probablement parce qu’ils ne vivent pas en colonies, mais en solitaire et se cachent toujours sous ou entre les pierres ou les feuilles mortes, de sorte qu’ils sont difficiles à capturer. Mais j’en ai vu souvent et parfois en très grande quantité comme à Cuba.

Crabe1Les crabes du genre Potamon vivent en permanence en eau douce et s’y reproduisent. Ils ne vont pas en eau saumâtre ou en eau de mer pour s’y reproduire. À partir des œufs, les petits crabes sont complètement développés et ne passent pas par divers stades larvaires.
Des « crabes de mangroves » ont été importés, appartenant à la famille des crabes sauteurs (Grapsidae). Ils ont également conquis les habitats rocheux.
Les quelque 140 espèces de Sesarma ont conquis l’ensemble des régions tropicales et subtropicales, et colonisent les bords de mer, les eaux saumâtres et les estuaires. Ils s’y reproduisent en quantité et peuvent ainsi être facilement capturés en plus grand nombre.
Sesarmia bidens, le « crabe de mangrove rouge » est l’une des 25 espèces d’Asie du Sud-Est qui sont très similaires, et qui restent assez petites. Leur carapace dépasse rarement 4 cm. Idem pour S. chiromantes et S. siamensis. Leur zone de répartition s’étend du Japon jusqu’au Sri Lanka.
Les Sesarma ne sont pas vraiment des habitants d’eau douce. En milieu naturel, ils migrent en eau saumâtre et en eau de mer. Les crabes adultes se comportent assez bien dans l’aquarium d’eau douce. Pour leur bien-être, on peut ajouter un peu de sel (pas de cuisine) et leur octroyer des changements d’eau fréquents, une aération avec un bulleur et une filtration.

En outre, de temps à autre, les crabes de la famille des crabes coureurs, violonistes ou fantôme (Ocypodidae) ont également été importés, mais ils sont originaires des colonies peuplant les plages tropicales, et ne vivent pas dans l’eau et encore moins en eau douce. Plusieurs espèces du genre Uca sont régulièrement proposées dans le commerce, il ne faut surtout pas les acheter.
Lorsqu’un mâle a du succès auprès d’une femelle, l’accouplement peut durer de quelques minutes à une demi-heure. Il a lieu ventre contre ventre, les partenaires se tenant fermement et se palpant mutuellement, ce qui ressemble à une tendre étreinte. Le mâle « frappe » à plusieurs reprises la femelle sur le dos avec sa pince.

Crabe2Bien que les femelles portent des œufs et plus tard les larves, elles les lâchent dans l’eau en battant vigoureusement de la queue. Mais la reproduction est difficilement concevable. Les larves sont minuscules, et elles passent par différents stades de développement dans l’eau de mer. Les conditions d’élevage sont difficiles à recréer.
Les crabes terrestres sont parfois importés (Gecarcinidae) des Caraïbes. Des espèces d’Afrique occidentale et de Malaisie du genre Cardisoma atteignent une grande envergure avec 20 centimètres de largeur. Leur domaine se situe toujours à l’interface terre mer, la zone intertidale ou la mangrove et bien sûr les plages à palmiers.
Certains crabes terrestres vivent très longtemps loin à l’intérieur des terres et ne retournent vers l’eau que pour y lâcher les larves. Gecarcinus ruricola, est un crabe terrestre de Cuba. Il migre en grand nombre vers la mer, au moment de la pleine lune, au point de crever les pneus des voitures ou de rester coincé sous leurs carrosseries. Puis ce sont les jeunes crabes qui reviennent de la mer, minuscules, formant une véritable marée rouge qui envahit tout, piscine, chambre d’hôtel, cuisine, partout, partout. Les crabes terrestres sont plus actifs la nuit que le jour.

Les espèces de la famille des crabes violonistes (Ocypodidae) colonisent donc les plages tropicales, et ne peuvent pas réellement se passer d’eau, mais certains vivent aussi loin de l’eau. Ils creusent des terriers, mais leurs branchies doivent rester continuellement humides. Ces tunnels sont creusés dans la boue ou le sable et mesurent plusieurs mètres de profondeur.
Les Gecarcinus qui s’éloignent loin dans les terres se contentent de trous déjà existants, de fissure dans la roche, de cavités peu profondes sous des rochers ou des arbres à terre. Ils sont piégés par la population qui apprécie leur chair. Bien qu’ils vivent loin dans les terres, ces crabes restent néanmoins attachés à la mer pour leur reproduction. Après l’accouplement, les femelles se déplacent avec les œufs fécondés attachés aux « poils » du pléopode. Tout au long du développement des œufs, leur couleur change de l’orange au rouge puis blanc gris. C’est à ce moment que la femelle prend le chemin de l’eau attirée par la lueur et les reflets de la mer. Les œufs sont relâchés par de violents mouvements de l’abdomen. Les larves éclosent et commencent une vie planctonique. Dans la mer, ils subissent diverses étapes de développement, qui rappelle en partie celui des crevettes. Ils ne quittent la mer que lorsque leur développement est « terminé » comme crabe à terre.

Crabe3La maintenance
Pour la maintenance il faut un aquaterrarium de grande surface par exemple 1,5 X 0,8 m avec une hauteur suffisante pour pouvoir y placer une épaisseur de sable permettant aux crabes de creuser leur terrier. On peut aménager des abris avec des pierres et des racines, mais ces éléments doivent être solidement fixés. Une zone (1/4 du bac) doit être réservée à l’eau. Cette zone ne doit pas être trop profonde afin que les animaux puissent respirer par les branchies, respiration que l’on aperçoit grâce au mouvement de l’eau à l’avant de la bouche. En même temps, les crabes doivent avoir leurs orifices de respiration, situés à la base des pattes, au-dessus de la ligne de flottaison.

L’eau doit irriguer en permanence la couche de sable inférieure de la partie terrestre. Le sable doit continuellement être irrigué à l’aide d’un filtre puissant. Les crabes ont besoin d’une eau propre, riche en oxygène. En raison du métabolisme élevé, il faudra remplacer l’eau souvent. Elle devra être saumâtre, donc lui ajouter un peu de sel de mer. Le terrarium sera couvert et parfaitement hermétique, de sorte que les animaux ne puissent pas s’échapper et que l’humidité nécessaire (plus de 80 %) soit maintenue. L’espace aérien doit rester suffisamment chaud. La température doit être légèrement plus élevée au-dessus de l’eau avec 28-30 °C, alors que l’eau n’aura que 24 à 25 °C. ce afin d’éviter des problèmes respiratoires. Si l’espace aérien est trop froid, il est Crabe4possible d’installer une ampoule infra-rouge, les animaux allant chercher la chaleur sous la lampe. Une couverture parfaitement hermétique évite également les évasions, car les crabes sont des fuyards très doués et soulèvent des poids considérables. Pour escalader, ils utilisent tout ce qu’ils trouvent dans le terrarium, décoration, fil électrique, tuyau d’aération. Les crabes évadés doivent être récupérés rapidement, pour la capture, une éponge humide les attire. Il suffit de faire confiance à leur capacité à trouver l’humidité, pour les retrouver le lendemain sous l’éponge. Une partie de la zone de sable de l’aquaterrarium doit être couverte de feuilles fraîches (de préférence des arbres fruitiers) ou par des feuilles de salade. Les animaux y mangent et y font leurs besoins de sorte que aquaterrarium est plus facile à nettoyer. Les crabes sont d’une agressivité différente selon les espèces et les individus. Parfois il s’agit de cannibalisme, il faut donc que les différents crabes soient de taille et de force similaires afin qu’aucun d’entre eux ne devienne une proie facile. Les crabes qui muent doivent être en mesure de se cacher ou être isolés des autres crabes. Les crabes sont omnivores. Les crabes terrestres sont principalement végétariens (plantes ou fruits), de sorte qu’ils sont faciles à maintenir. Laitue, épinards, morceaux de pommes et pastilles végétales seront la base de leur nourriture. Le carné provient essentiellement de nourritures surgelées que l’on donne aussi aux gros poissons d’aquarium : les crevettes, mysis, vers de vase, moules, chair de poisson et cœur de bœuf, mais aussi des tubifex vivants ou des vers de farine. Il est important de savoir que tous les crabes sont sensibles à la décomposition carnée. Ils sont moins sensibles à la décomposition des végétaux, moins dangereuse. Si l’on n’y prend garde, cela peut conduire à une intoxication lorsque les aliments s’accumulent ou stagnent ou si leurs déjections restent dans l’eau. Les vieux crabes terrestres de plus de 10 ans peuvent être apprivoisés.


Texte et photos : Robert Allgayer - Vice-Président et conseiller scientifique de la Fédération Française d’Aquariophilie

proposition_pub1.jpg