PaonsVerts1Paons verts de Java ou de Malaisie


Dans la grande famille des Phasianidae, relevant des galliformes, il y a quelques familles plus petites, appelées sous-familles. Parmi elles on retrouve celle des Paons.

PaonsVerts2Bien qu’il y ait deux espèces de paons asiatiques, de nombreuses personnes ne le savent pas. Le paon bleu (Pavo cristatus), nom allemand : Blauer Pfau, nom anglais :India blue peafowl, nom italien : pavone blu/pavone commune, espagnol : pavo real azul) est bien connu, mais il y a une deuxième espèce du même genre, le paon vert (lat. : Pavo muticus, allemand : Ährenträgerpfau/Grüner Pfau, anglais : green peafowl, italiano : pavone verde, espagnol : pavo real verde).

Les mâles des deux espèces de paons asiatiques développent une traine d’une longueur d’environs 1,5 m ou dépassant même cette longueur.

Cet article est dédié aux paons verts de Java ou de Malaisie (Pavo m. muticus), nom allemand : Java-Ährenträgerpfau/Malaiischer Ährenträgerpfau, nom anglais : Javanese green peafowl/Malay green peafowl, nom italien : Pavone verde della Giava, nom espagnol : Pavorreal (or pavo real) verde de Java/Malaysia. On les considère souvent scientifiquement comme étant de la même espèce. Il y a toutefois des personnes ayant une toute autre opinion. Comme l’indique son nom, il provient d’Indonésie, plus exactement, de Java et de Malaisie.

Une espèce menacée d’extinction
PaonsVerts3Malheureusement, on a constaté que cette espèce est déjà en danger d’extinction. La situation est encore plus difficile, car il y a des gens qui n’ont pas compris que l’on ne doit pas chasser ces animaux. Il y a aussi des personnes qui profitent de la vente des sujets élevés en captivité, aussi de spécimens capturés dans leur habitat, en liberté.

On a constaté l’extinction des sujets de Pavo muticus muticus vivant en liberté dans les années 60 du 20è siècle, mais, grâce aux efforts de quelques éleveurs adhérents de la WPA (World Pheasant Association), on a pu relâcher quelques spécimens de paon vert dans leur habitat d’origine. On peut être certain qu’un jour il sera nécessaire de réintroduire des sujets dans le cadre de projets de conservation.

Actuellement, la plupart des paons verts de Java ou de Malaisie proviennent d’élevages privés en utilisant des reproducteurs issus des aires de distribution naturelle.

Description de l’espèce
Le paon vert est plus grand que le fameux paon bleu. Cela est aussi souligné par les pattes encore plus hautes que celles des paons bleus indiens. En ce qui concerne les paons verts, les deux sexes ont un plumage vert, quasiment identique, hormis la traine des mâles. Le plumage est d’un vert plus intensif par rapport à celui des autres sous-espèces qui proviennent d’Indochine et de Thaïlande.

Le mâle et la femelle de cette espèce développent une aigrette vers l’avant de leur tête, cela conduit des scientifiques à leur donner le nom allemand d’Ährenträgerpfauen, bien qu’ils soient aussi connus comme Grüne Pfauen en se référant à leur plumage essentiellement vert métallique brillant de différentes nuances sous le soleil , selon les saisons. La peau autour de l’œil est bleu clair, le reste de la peau faciale est d’un jaune chrome. Les plumes du cou du mâle du paon vert, brillant doré, sont de la même forme que celles sur le dos. Les primaires sont châtain, les secondaires et les élytres sont noirs, brillant de vert ou bleu (cela dépend des conditions de la lumière).

PaonsVerts4Malheureusement, on croise parfois le paon vert avec le paon bleu et/ou une des mutations de ce dernier : le paon nigripennis. Le croisement non désiré est appelé paon Spalding.

Bien que cette espèce n’ait pas de dimorphisme sexuel en ce qui concerne son plumage, on peut distinguer mâle et femelle en se référant à la grandeur de la traine du mâle et à ses éperons qui peuvent causer des blessures. Certaines femelles à l’âge avancé développent aussi ces éperons.

Comportement
Malgré leur taille, les paons verts peuvent très bien voler. Cette espèce n’est pas adaptée à un lâcher libre dans un jardin zoologique ou un parc. Premièrement, les paons verts ne resteront pas dans les environs. Deuxièmement, on rapporte des cas dans lesquels ils ont attaqué des femmes et des enfants, ce qui n’est pas pour favoriser notre engagement. Je ne comprends pas pour quoi il y a des personnes qui détestent les paons. Je pense que ces cas d’attaques ne concernent pas uniquement les paons verts mais aussi les paons bleus. En tout cas, il faut interdire, sous peine de sanction qu’on les empoisonne, les assomme etc., et encore moins qu’on les tue.
Si des éleveuses et éleveurs rédigent des annonces du genre : « Je dispose de paons verts de Java/Malaisie, très recommandables aussi pour l’élevage dans des zones habituées car ils sont très silencieux », cela peut être confirmé. En effet, même si on ne peut pas élever des paons bleus en raison de voisins intolérants, il est toujours possible d’élever des paons verts, bien qu’éviter les litiges ne doivent pas être la seule motivation, car il faut élever pour protéger, toujours avec passion!

Débuter l’élevage du paon vert
PaonsVerts5Il est conseillé d’avoir engrangé déjà beaucoup d’expérience avec l’élevage d’autres galliformes sauvages quand on vise à débuter un élevage de paons verts. Dans ce cas, et si on a beaucoup de place, au moins 150 ou 200 m2 par couple, je peux conseiller absolument d’élever aussi cette espèce. Il est dommage que ces animaux, étant parmi les plus magnifiques, soient déjà menacés d’extinction. On peut uniquement l’éviter en les élevant. La population en Asie du Sud est estimée entre 5 000 et 10 000 spécimens. C’est pourquoi il était nécessaire de les protéger en les mentionnant sur la liste rouge des espèces menacées.

Étant donné leur sensibilité au froid, la volière doit absolument avoir un abri pour les protéger dans les mois d’hiver. Cet abri (avec des perchoirs situés à 1,50 ou 2 m de hauteur) sert aussi à les héberger durant la nuit et à leur offrir de la protection contre les prédateurs, mais doit aussi être chauffé dans les mois d’hiver. Il faut les élever en couple, veillez ne pas laisser ensemble plusieurs couples mais offrez une volière grande et séparée à chaque couple sinon ils risquent d’attaquer les autres paons et parfois même, des personnes. Bien que ce soient surtout les mâles qui deviennent agressifs, cela est parfois un problème entre femelles aussi, surtout quand elles ont des petits. Je n’ai pas vu cette agressivité chez le paon bleu et naturellement on peut aussi acquérir des paons verts qui ne sont pas du tout agressifs. Cela dépend aussi un peu comme on PaonsVerts6les traite. En les traitant avec respect, c’est une des conditions pour qu’ils ne deviennent pas trop agressifs ou pas du tout agressifs, ils peuvent être confiants. Mais il est arrivé que des spécimens trop confiants aient eu plus tendance à attaquer les humains.

La parade nuptiale des paons est réputée. Les deux espèces de paons asiatiques ont exactement la même parade, c’est-à-dire que le mâle essaie d’attirer une ou plusieurs paonnes en faisant sa roue ; pas uniquement en bougeant les plumes de sa traine mais aussi celles de la queue et des ailes tout en dansant dans l’arène qu’il a choisi comme terrain de parade. Ce comportement amoureux peut durer quelques semaines jusqu’au jour où la paonne est prête à la copulation, après avoir observé quelques mâles pour choisir son partenaire idéal. On a constaté qu’il lui faut un paon mâle avec de nombreuses plumes de traine (150 jusqu’à 200 ou plus) et qu’il faut aussi une parade très intensive. Si on veut des petits paons il faut évidemment avoir au moins un couple (ou même plusieurs). Le mâle doit avoir au moins 3 ans (bien qu’il ait des expériences parlant de 2 ans) pour pouvoir féconder. La femelle peut pondre des œufs dès la 2è année.

PaonsVerts7Après l’accouplement, la femelle construira un nid en utilisant de la paille, parfois d’autres matériaux, dans lequel elle pondra 4 œufs. Leur nombre peut augmenter en en prélevant quelques-uns qui lui seront ensuite redonnés, mais veillez ne pas la faire couver plus de 6 œufs à la fois. La durée de couvaison est de 28 jours. Il est très important de permettre à la paonne de couver elle-même, pour qu’elle puisse montrer aux petits quoi manger, où aller durant la journée (en faisant des promenades qui au début ne seront que de durée courte ; en plus, les petits paons qui ont une croissance très lente ne peuvent être lâchés sous la pluie!) et où dormir etc., de cette manière, ils comprendront aussi comment se comporter ; on dit aussi que des paons qui ont été élevés en incubation artificielle auront des défauts de doigts et de comportement.
Dans les trois premières journées je vous conseille de leur donner un peu d’infusion de camomille au lieu d’eau pour éviter la diarrhée. Ils boivent cette infusion sans problème. Parfois, on ne peut pas lâcher le mâle avec sa famille car il peut devenir trop agressif. Il faut donc observer assidument. Les jeunes sujets doivent manger de l’œuf dur haché. On mélange cela avec des petits flocons d’avoine et des orties hachées et/ou du pissenlit haché. Les sujets adultes peuvent manger différentes graines : du blé, des flocons d’avoine aussi, des graines de tournesol, peut-être un peu de maïs durant les mois d’hiver. Il faut toujours leur donner de l’eau et des minéraux tels que des PaonsVerts8gravillons (qu’ils cherchent parfois leur-mêmes dans le sable ou la terre qui leur servira aussi à se faire des bains de sable).

Les mâles arboreront leurs premières plumes de traine dès l’automne de la première année et comme vous le savez, ils perdent ces plumes tous les ans en période de mue.
Veillez à détenir vos paons séparés de vos poules car autrement le risque qu’ils deviennent malades de « Blackhead disease » (la maladie à tête noire) augmente encore [Ndlr : maladie due à un protozoaire du nom de Histomonas meleagridis transmis par un parasite de type nematode]. Les symptômes sont : une diarrhée jaune chrome, ailes tombantes en permanence et une perte de l’appétit.

En tenant compte de ces conseils, je suis convaincu qu’il sera possible de sauver le paon vert de Java/Malaysia de l’extinction grâce à des élevages de conservation. Il est même possible d’effectuer des échanges en coopérant avec Aviornis, la WPA et quelques autres encore ¾

Pour aller plus loin
L’étroite similitude entre les deux sexes suggère un système d’élevage différent de celui du paon indien.
Ainsi, certains auteurs ont suggéré que les harems aperçus dans la nature étaient composés d ‘oiseaux juvéniles et que les mâles n’ont pas de mœurs légères.
En effet, ils est possible que les mâles soient plus investis dans les soins de longue durée à leur progéniture que les femelles. Des paons verts ont été observés à Java dans plusieurs systèmes d’entraide entre générations où des oiseaux immatures aident leurs parents à s’occuper de leurs jeunes frères et sœurs. Ce type de comportement a été également observé en captivité chez les Afropava et Argusianus, et même parfois chez le polygame paon indien.

 


Tom Blaas


uofArticle paru dans le n° 348 de la revue « Oiseaux du monde éditée par l’Union Ornithologique de France ; avec nos remerciements pour l'autorisation de parution.

 

proposition_pub3.jpg