Hubbel1Vivre de sa passion : les pigeons


Grâce au forum des éleveurs de pigeons CFPOI, j'ai fait la connaissance d'un jeune éleveur très prometteur. Il avait mis des photos de pigeons Queue de paon dans des couleurs incroyables, qu'on ne voit jamais ailleurs. Et il avait précisé que c'était lui qui avait créé ces couleurs à partir des pigeons Hubbel de son élevage professionnel. Aussi, j'avais très envie de le rencontrer.

Hubbel2Il a fallu attendre longtemps pour trouver un petit creux dans l'emploi du temps, mais cela valait la peine.
La visite d'élevage a donc eu lieu début octobre, mais c'était à peine trop tôt car la mue (changement de plumage) n'était pas encore terminée. Ce n'était pas très grave car on voyait très bien les couleurs tout de même. Pour les photos, c'était un peu moins réussi.

Comme de très nombreux jeunes, Matthieu a fait des études, qui n'ont malheureusement pas abouti à un métier.
Cependant, il était, depuis enfant, passionné par l'élevage de loisirs de pigeons de races. Une passion qui lui vient de ses ascendants. Il s'est renseigné auprès de la chambre d'agriculture pour élaborer un projet économiquement viable.
L'idée de se lancer dans l'élevage du pigeon, lui est venue dans un élevage professionnel, la Roucoulade, un élevage de 22 000 couples à Sarpourenx.
D'abord, il a fallu se former. Cela s'est fait au CFPPA de Montardon d’octobre 2010 à mai 2011 (avec stage chez Mr Cazaubielh fournisseur aussi de la première bande).

Puis, en 2012, il a pu emprunter pour monter quatre séries de bâtiments professionnels, avec tout le matériel nécessaire pour le confort des pigeons et de l'éleveur.
Il a acquis 2 200 couples de pigeons de chair dits « Europigeons », qui sont des « Hubbels » sélectionnés par une firme bien connue des colombiculteurs.
Le « Hubbel » est le seul pigeon dont peuvent vivre des éleveurs professionnels car il présente une « double poitrine » sur laquelle est localisée la chair la plus tendre.
Les petits « Hubbels » peuvent être abattus à 28 jours, avant la descente du nid, en n'ayant jamais mangé de graines et donc coûté le minimum à l'éleveur. D'un poids vif de 600 grammes environ, ils font facilement 500 g morts pleins.
Présentant bien, ils sont donc très intéressants pour le vendeur (abattoir, puis détaillants) et les acheteurs qui ont envie de manger une viande succulente.

Hubble3Le secret du « Hubbel », c'est qu'il est hyperprolifique. Alors que les autres races élèvent deux petits par nichées, le « Hubbel » peut élever trois petits voire plus si on lui assure 15h30 de luminosité toute l'année. Pour parvenir à trois petits par nichée, Matthieu possède une couveuse dans laquelle il place les œufs d'un grand nombre de couples. Ceux-ci répondent alors quasi immédiatement. Lorsque les petits naissent dans la couveuse, il les répartit chez les couples qui ont déjà deux jeunes du même âge, ce qui est aisé quand on a un grand nombre de couples.

Les puristes diront que le « Hubbel » n'est pas une race, mais une souche de croisements multiples de pigeons de races différentes sélectionnés sur au moins deux points communs : la double poitrine et la prolificité.
Les professionnels savent que la résistance, et en découlant, la prolificité, sont liés à l'effet d'hétérosis qu'on obtient en croisant deux ou plusieurs races (enfants plus forts que parents).
Certains disent que le caractère « double poitrine » serait lié à un gène récessif autosomal. D'après les observations de Matthieu, ce n'est pas certain. En croisant un double poitrine avec un simple poitrine, alors qu'on ne devrait avoir que des simples poitrines, on obtient des quasi doubles poitrines, des simples poitrines et des poitrines intermédiaires.
La vitesse de sélection est donc relativement favorisée.
Il y a chez les pigeons « Hubbel » rebaptisés « Europigeons » de multiples coloris dans lesquels on peut voir la trace des races qui ont été utilisées en croisements. Mais, il existe aussi des coloris qui n'existent pas ou peu dans les races. Je pense notamment aux opales combinés à différentes bases et différents autres gènes.
Matthieu a une petite préférence pour les « Hubbels » présentant une petite huppe, pas très éloignée, dans l'esprit de celle des pigeons « Sottobancas » français.
Il est probable que ce « Hubbel » huppé corresponde à ce que Monsieur José Palau, éleveur professionnel du Col Rigat, appelle « Huppé Cerdan » et dit avoir créé.
Lorsqu'une souche est fixée de manière homogène depuis longtemps et présente une forme et des caractéristiques qui n'existent pas encore chez les autres races, alors elle constitue bien une race nouvelle.

Pourquoi parler de pigeons de chair dans une revue consacrée aux animaux de races, me direz-vous ?
J'y viens.
L'intérêt pour Matthieu S. a été triple :
- grâce aux pigeons de chair, il a pu faire de sa passion un métier
- il a ainsi pu continuer à élever des pigeons de races d'ornement : les « Queue de Paon » et les « Coquillés Hollandais » en grand nombre et donc également en grande qualité
- et enfin, il a pu faire passer les couleurs les plus extraordinaires des pigeons « Hubbels » sur les pigeons « Queue de Paon ».
Cela, à ma connaissance, est assez unique et mérite d'être valorisé.
Hubbel4Les photos parlent d'elles-mêmes : qui a déjà vu des pigeons « Queue de Paon » dans toutes les couleurs de l'arc en ciel, avec notamment des opales très compliqués, des queue inverse, des indigos, en plumage soie et/ou à manteau, etc. ?
Il a même sorti des « Queue de Paon huppé », très jolis, qu'il serait intéressant de faire reconnaître comme nouvelle race. Elle a son charme.

Il ne faut pas oublier les pigeons « Coquillés Hollandais », de nos jours renommés « Nonnes anglaises ».
Là aussi, il les élève dans des couleurs peu connues comme le jaune, le dun, le brun, etc.
C'est une race de pigeon très rare qui mériterait d'être répandue chez plus d'éleveurs.

J'ai choisi de ne pas donner dans cet article le nom de ce jeune éleveur.
En voici la raison : de plus en plus d'élevages professionnels sont attaqués par de soi-disant « protecteurs des animaux », en fait des extrémistes végétariens qui veulent « libérer les animaux », pour « qu'ils ne soient pas enfermés et mangés ». Le problème est que si ces animaux ne sont pas mangés, on ne les élèvera plus et donc ils disparaîtront, car ce sont des animaux de races domestiques qui mourraient s'ils étaient relâchés dans la nature.
Certains élevages ont brûlé et d'autres ont été gravement endommagés et ne s'en sont pas relevés financièrement.
Très curieusement, ces véganiens fanatiques, « protecteurs des animaux » ne sont pas considérés comme des « terroristes ». Ils en ont pourtant toutes les méthodes les plus violentes (menaces, destructions, incendies, tentatives d'assassinats, pressions économiques, chantages, corruptions, incitations à la haine, etc.).
Mieux, certains grands médias offrent très fréquemment à leurs « vitrines légales » des tribunes pour qu'ils puissent s'exprimer et étaler leurs mensonges et contre-vérités pour influencer le grand public des villes qui gobe tout, parce que n'ayant plus aucune connaissance sur les animaux.
Hubble5Ainsi entend-on de plus en plus fréquemment à la télévision, la radio, etc., que l'animal est l'égal de l'être humain, qu'il a les mêmes droits (mais sans devoirs, alors qu'un droit n'est que le pendant d'un devoir, cherchez l'erreur), que l'élevage serait la première source de pollution (avant les villes ?), qu'il ne faut pas manger de viande pour protéger la Planète, et autres tissus de sottises et d'énormités...
Le matraquage idéologique est à l'œuvre avec la complicité de certains Hommes politiques et certains grands médias.

Là aussi très curieusement, lorsque le terrorisme touche les villes, c'est grave et on n’entend que cela en boucle.
Mais lorsque le terrorisme des extrémistes véganiens et végétariens touche la province et la campagne, détruisant les activités et les emplois, on n'en entend pas parler et cela ne semble pas être grave aux yeux du microcosme politico-médiatique parisien.

N'y aurait-il pas là comme une odieuse discrimination ?

Surtout lorsque le nombre de chômeurs s'accroît chaque jour ? Condamnés à une mort économique lente et à l'extrême pauvreté.
Car le terrorisme ne passe pas que par la force physique et la violence.
On peut faire autant de mal que l'on veut en faisant passer ses idées asphyxiantes dans la réglementation grâce au lobbying.
Dans les 800 éleveurs et plus qui se suicident par an, combien ont été poussés au suicide par des réglementations ubuesques et asphyxiantes ?

Donc, c'est pour protéger ce jeune que je n'ai pas donné son nom.
Toutefois, pour les personnes intéressées, vous pourrez le joindre sur l'adresse mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Hubble6Pour que ce jeune puisse valoriser ses pigeons « Coquillés Hollandais » et « Queue de Paon » extraordinaires, il serait bien qu'une association ou une ou plusieurs personnes lui emmènent à des compétitions internationales, car lorsqu'on est éleveur professionnel, on doit être tous les jours dans son élevage et on ne peut pas s'absenter.

Pour finir, devant autant de jolies couleurs, rêvons un peu. Les allemands sont en train de monter des filières d'exportations de pigeons de races vers les pays de la péninsule arabique et la Chine.
Pourquoi l'administration française n'aiderait pas les éleveurs français à en faire de même ?
Cela aiderait bien le commerce extérieur de la France et permettrait de sauvegarder et répandre de nombreuses races anciennes, porteuses de biodiversité.

NB : l'élevage de la Roucoulade (22 000 couples) a récemment fermé. Cela signifie qu'il serait possible de créer 10 élevages de 2 200 couples, car la demande est importante et le climat favorable dans le Sud Ouest. Et pourquoi ne pas créer une coopérative d'éleveurs pour que les prix ne soient pas tirés vers le bas, mais garantis ? ˜


 

 

proposition_pub3.jpg